ACCOMPAGNEMENTS ARTISTIQUES   

Tout au long de l’année, Le Triskell accueille des équipes artistiques pour des périodes de création : laboratoire de recherche, filage scénique, résidence de création ou de reprise…au programme en 2016 & 2017 :

 

cap-cavalBAGAD CAP CAVAL
Musiques Traditionnelles | Résidence de répétitions du 1 au 6 août 2016.
Comme chaque année, le Bagad Cap Caval investit le Triskell afin de se préparer au championnat national des bagadoù de 1ère catégorie.
Répétition publique au Triskell le jeudi 4 août 2016 à 18h.

 

 

Freres-Pablof_11bis (1)LES FRÈRES PABLOF
Théâtre documentaire | Résidence en trois temps de novembre 2016 à avril 2017.
Pour cette 3ème année de jumelage, c’est avec les Frères Pablof (Collectif 16 rue de Plaisance) que Très Tôt Théâtre, le Triskell et le collège Laennec proposent aux collégiens de découvrir un processus de création.


Les Frères Pablof sont de grands myopes. Inquiets de leur perception, ils souhaitent mettre leur travail en commun à travers le regard des collégiens.
Une « démarche documentaire » dans le théâtre des Frères Pablof, c’est une manière de croiser des réalités, vécues ou signifiées, de faire dialoguer sur un plateau de théâtre de vrais témoignages (audio ou vidéo) avec les outils de la fiction, du théâtre de marionnette, d’objet et de figure. Chausser un point de vue, des lunettes de myopes ou de presbytes, des lunettes en relief, une lunette panoramique et regarder ses pieds : c’est déjà une démarche documentaire, c’est soumettre « la réalité » à « la subjectivité ». Les Frères Pablof s’invitent à penser ce qu’ils sont et ce que nous sommes avec d’autres personnes.

Depuis dix ans en quête d’eux-mêmes, ils interrogent des quidams (vous, nous) sur leurs identités.


freres_pablofNovembre 2016 | 1ère rencontre
Diffusion d’une forme courte (26 min.) in situ, au collège Laennec de Pont-l’Abbé.
« Un nuage sans pantalon, ou comment déshabiller le cloud » | 17 & 18 novembre 2016 | en direction de 8 classes de 4eme.
Au-delà de ce premier spectacle, aura lieu durant cette période un rencontre singulière avec les deux classes qui seront jumelés avec l’équipe artistique pendant la période de résidence création.
Ce premier temps de rencontre permettra aux artistes de partager avec les collégiens la question suivante : « Qu’est-ce que vivent, échangent, donnent à voir, partagent les ados sur la toile, leur petit coin d’intimité publique et comment ses réseaux nourrissent les relations d’amitiés, d’amours, d’inimitiés ? »


Freres-Pablof_11bis (3)Janvier 2017 | 2 semaines d’intervention et de résidence de création au collège
Un laboratoire de création sera partagé entre les collégiens et les artistes autour de leur future création « eX-time » – projet « La vie en ligne » (création mars 2017).

Raoul et Stéphane ne sont pas très à l’aise avec l’idée d’enseigner. Transmettre un savoir, des fondamentaux indispensables à la pratique : chaque création les oblige à les remettre en jeu. Au fil des rencontres, ils préfèrent partager une démarche pour que chacun s’en empare à son endroit, fabrique des objets et enfin confronte ses œuvres : mener une expérience commune. Voilà un processus pédagogique qui nourrit leur démarche et qui, d’une certaine manière, ils l’espèrent, enseigne. C’est ce qu’ils se proposent de vivre avec les collégiens.
Ce projet interrogera la vie en ligne des adolescents. Une façon d’explorer la cour de récréation des plus grands, celle qui se vit du bout des pouces.

Freres-Pablof_11bis (2)« Nous les rencontrerons autour des pratiques qui constituent notre caisse à outils, le théâtre de marionnette, la vidéo et le son. Une manière de partager les mains dans le cambouis les pensées de chacun et leur mise en forme possible sur la vie en ligne. Nous pourrons explorer avec eux nos préoccupations plastiques et créer un espace ludique : donner libre cours à son imagination pour laisser apparaître ou pas quelque chose de soi. Nous souhaiterions poursuivre le premier travail d’enquête déjà mené avec des collégiens qui nous a permis de collecter une matière audio et visuelle « brute » que nous proposerons aux collégiens de Laennec ». Cette matière sera retravaillée avec chacun des élèves dans le but de créer la bande sonore et visuelle du spectacle via : un travail autour de l’enregistrement audio et du « dire les textes » ; un travail autour de la vidéo ; un travail sur l’expérimentation visuelle (technique du mapping).
Les Frères Pablof.


Avril 2017 | Accueil en diffusion de la création « eX-time » – projet « la vie en ligne »

Le projet sera accueilli au Triskell – Pont-l’Abbé le 6 avril 2017 (séances à 10h & 20h).
Au-delà des séances, un temps d’échanges sera proposé aux 2 classes qui auront accompagné et participé à la création.

 

 

LES SOUFFLEURS
COMMANDOS POÉTIQUES
« LA TORNADE »

Les SouffleursEntre-sort philosophique | Résidence du 27 février au 3 mars 2017.
Une semaine d’interventions au Collège Laennec de Pont-l’Abbé sur le thème « Un jour, je serai ce que je veux… » entre selfies – autoportraits (Ateliers Studios Selfies) et ateliers de réflexion et d’écriture, les Souffleurs et les élèves nous amènent dans une tempête consacrée à l’adolescence.
À l’issue de la résidence, découvrez « la Tornade » !

Diffusion vendredi 3 mars 2016 | Horaire et lieu à découvrir prochainement en page programmation / diffusion du site.

LA TORNADE des Souffleurs commandos poétiques est un entre-sort philosophique, c’est-à dire une « baraque » dans laquelle on montre un phénomène. On entre et on sort comme dans un manège. Le phénomène montré est un vent-tempête. Les Souffleurs domptent de ce vent-tempête pour créer des ateliers de pensée, examiner la condition humaine et parler de l’état de l’Homme, de l’état de la ville et de l’état du monde. L’ambition des Souffleurs est que les gens qui entrent dans cet entre-sort en sortent transformés par le phénomène, comme porteurs d’une tempête intérieure.

LA TORNADE 2« Un jour, je serai ce que je veux… » (M.Darwich)
Dans « Un jour, je serai ce que je veux » , LA TORNADE s’intéressera à un état particulier de l’évolution d’un être humain, l’adolescence.
– LA TORNADE comme métaphore de la tempête hormonale
– Le Selfie comme métaphore du visage scruté chaque matin par l’adolescent dans son miroir
– L’adjectif comme compagnon utopique
LA TORNADE traitera de l’image que l’on a de soi-même à travers une pratique contemporaine partagée par tous les adolescents du monde entier : le Selfie, l’autoportrait. (Ateliers Studios Selfies).
Elle utilisera comme outil utopique un « phénomène » grammatical de la langue française : l’adjectif. (Atelier de réflexion et d’écriture).
L’adolescence est le moment de l’existence de l’être humain ou celui-ci subit une transformation fondamentale. Le corps est rebattu comme un jeu de carte. On devient quelqu’un d’autre. Et ce quelqu’un qui pousse en nous, c’est toujours nous même mais autre. La caractéristique de l’éclosion de l’adulte dans l’enfant est la vitesse de transformation. L’adolescent est au cœur de cette accélération inouïe et scrute chaque matin les signes de la métamorphose qui opère intimement !
Il y a chez les adolescents à la fois le désir impérieux de devenir quelqu’un et l’angoisse de cette traversée vers l’inconnu car tout ce qui bouillonne à l’intérieur relève de l’intime, de l’impossible à dire, un sentiment de honte devant les éruptions hormonales.
C’est l’âge ou le miroir devient un rendez-vous incessant. On scrute avec acuité la moindre floraison boutonneuse, le moindre poil sur la peau, la brillance du sébum, les visages s’allongent, les bras s’allongent, les sexes migrent dans leur emplacement final, il n’y a guère que la couleur des yeux qui restent solide dans cette inexorable transhumance vers la forme définitive de l’homme.
Il est important de fixer des instants, de pouvoir peser sur le présent dans une période mouvementée. Les Studios Selfies fixeront le présent.
L’ adjectif est une catégorie de mot qui s’adjoint au nom pour exprimer une qualité, une relation ou pour permettre à celui-ci d’être actualisé dans une phrase.L’atelier de pensée de LA TORNADE va utiliser les adjectifs comme autant de munitions personnelles pour se projeter idéalement dans l’avenir. L’adjectif comme objectif. D’une utopie personnelle. Donc parallèlement aux Studios Selfies, il y a des ateliers d’écriture. L’atelier d’écriture des adjectifs s’occupera du fol espoir que l’on place, adolescent, dans notre devenir personnel, l’avenir.
LA TORNADE tournera en point d’orgue du travail des Studios Selfies et des ateliers de pensée (l’adjectif).
Olivier Comte – Directeur artistique des Souffleurs.